Un peu d'histoire

Saint BONNOT dépendait de la chatelleraie de Montenoison, mais était tenu, comme Dompierre, par les religieux de La Charité qui l’avaient reçu de HUMBAUD, seigneur de HUBAN en 1150.

Il y avait une « maison forte » construite on le pense sur la colline de La porte aux Boulats, dont il ne reste qu’une forme de la construction apparente dans l’herbe au printemps et à l’automne, mais bien visible en avion.

Les moines fondèrent un petit Prieuré en 1287 dont l’emplacement serait l’église et le presbytère, avec le cimetière, cotés est, sud et ouest. L’entré se trouvant à la place de la croix devant l’église actuelle. La route d’Arzembouy n’existait pas à l’époque.

Saint Bonnot se serait appelé : Saint BONNET au 12ème siècle (comme beaucoup d’autres villes en France) en souvenir de Saint BONNET chancelier de SIGISBERT 3 Roi d’Austrasie, mort à Lyon à 86 ans le 15/ 01/ 710.

Les habitants du village étaient très pauvres et ne vivaient que de leurs récoltes et d’un peu d’élevage. Monseigneur MONTILLOT eut l’idée d’utiliser l’eau du ruisseau pour laver le minerai de fer qui était très abondant. Il fit construire une forge près de l’église ainsi que plusieurs retenues d’eau tout au long du ruisseau pour le nettoyage du minerai (il y avait au moins 7 étangs, qu’on appelait des patouillats). Les dernières excavations de minerai ont été faites près du Domaine de Rosay. Le minerai était envoyé dans les fonderies de l’est de la France. On a retrouvé des traces de ce laitier datant de l’époque de Jeanne d’ARC ainsi que l’indique certains débris de poteries rapportées par les ouvriers et transporteurs chargés de l’exploitation des résidus des anciennes forges de Rosay et lors du creusement d’un étang sur la commune.

L’église ou grande chapelle de l’époque n’avait ni clocher ni les 2 chapelles actuelles. Le cimetière en faisait le tour, un orme remarquable se trouvait devant l’entrée. En 1828, YVON, curé de Champlemy fait enlever l’orme pour construire le clocher, le cimetière est réduit, il ne reste que la Croix devant l’église.

Saint Bonnot se dépeuple les 430 habitants à la fin du second Empire ont été décimés par les guerres, la peste et la grippe. Aujourd’hui nous ne sommes plus que 76.

Des 3 aubergistes, du boulanger, du charpentier, du charron, des 2 couturières, des 2 sabotiers, des 3 épiciers, du boucher, des 4 maçons, du perruquier, de revendeur ambulant, de la laveuse, des 3 débardeurs de bois, des bûcherons employés à la commune, des ramasseurs de cailloux pour empierrer les routes, des 15 exploitants agricoles, il ne reste : qu’une ferme importante,un élevage de moutons, une entreprise de films, une clinique de soins, un exploitant bûcheron.

Par contre nous sommes heureux de voir que la population rajeuni, notre commune compte 12 enfants, l’avenir de notre village est en route, BRAVO, ayons espoir en l’avenir.